Saint-Exupéry
Lycée
MARSEILLE Cedex 15
 

Un atelier d’écriture enchanté et enchanteur !

mercredi 21 novembre 2018, par Emma GIRAUD

Antoine Mouton, auteur parisien, est intervenu à quatre reprises pour animer des ateliers d’écriture de deux heures auprès de la classe de seconde 9 dont quatorze élèves suivaient l’enseignement d’exploration « Littérature et société ». Ces interventions ont eu lieu entre le mois de décembre 2017 et le mois de février 2018, soit la fin de la résidence de l’écrivain à Marseille.

Chaque séance s’est construite autour de plusieurs propositions d’écriture. Ainsi, la première a débuté par une lecture de l’auteur, qui s’est appuyé sur un de ses poèmes passés (texte long) pour se présenter. Les élèves d’emblée furent attentifs à cette parole singulière, tant l’écrivain sait habiter le texte au moment d’en égrener les mots, les syllabes, les sons. Au terme de ce quart d’heure d’écoute, les élèves sont invités à produire un texte : la lettre qu’on pourrait écrire dans une situation où l’on cherche à obtenir quelque chose. Après un temps de réflexion, ils imaginent des situations plus cocasses les unes que les autres (lettre au juge pour ne pas se présenter à l’audience, lettre au contrôleur pour ne pas payer une amende). L’heure suivante permet d’achever cette première activité, l’écrivain, ainsi que les deux jeunes femmes de l’association Peuple et Culture, prenant grand soin de conforter les élèves dans leur choix et de les accompagner dans l’écriture. Un moment important est consacré au partage des textes à haute voix ; les élèves se découvrent peu à peu et prennent un réel plaisir à lire leur production ; Antoine Mouton apporte un commentaire, toujours bienveillant, souvent éclairant, à propos d’un aspect du texte dont l’élève n’avait pas forcément conscience.

Les autres ateliers suivront à peu près le même canevas : incitation à l’écriture par une lecture personnelle d’Antoine Mouton ou une anecdote sur l’écriture en cours, temps d’écriture, lecture par les élèves, lesquels réagissent de plus en plus spontanément à la lecture de leurs camarades.

Par exemple, l’écrivain explique en début de séance qu’il est en résidence à Marseille pour un projet d’écriture autour de la photographie ; cela occasionne une discussion à bâtons rompus sur les appareils analogiques (inconnus de la plupart des élèves) et sur l’image numérique ; est ensuite évoquée l’histoire, la patine des vieilles photographies ; l’écrivain fait de ces images un symbole du processus du souvenir, lequel est souvent associé à un des cinq sens du corps humain. Vient la proposition d’écriture : faire deviner une situation dans laquelle on se trouve par cinq phrases faisant chacune appel à un sens différent. Premier temps de lecture de textes brefs ; enthousiasme des élèves formulant des hypothèses su le texte lu par un camarade (situation d’enfermement, de délassement sur une plage marseillaise, de plaisir gastronomique...). Les élèves sont ensuite invités à remonter les âges de la vie en se concentrant exclusivement sur un des cinq sens, selon une structure répétitive : « A l’âge de un an... A l’âge de deux ans... ». Entre contrainte et liberté, les élèves une fois de plus découvrent des pans entiers de leur existence, parfois de manière émouvante.

En résumé, cette intervention d’Antoine Mouton au lycée Saint-Exupéry fut un succès total.

Les élèves ont pris énormément de plaisir à découvrir un auteur en chair et en os, leur vision de l’écriture et de la littérature a été modifiée en profondeur, certains se sont même attachés, en l’espace de quelques heures seulement, à cette voix calme et profonde, à cette attention si particulière aux mots, à la parole vive, à l’autre.

Le départ d’Antoine Mouton et de ses jeux oulipiens sonna le glas de cette parenthèse enchantée !

Un grand merci à Antoine Mouton et à l’association Peuple et Culture.

Antoine Luc, professeur de lettres

Annexe : textes d’élèves.

Les âges de la vie.
A un an j’ai entendu des compliments que l’on faisait à ma mère
A deux ans j’ai entendu les comptines que mon père me chanter
A trois ans j’ai entendu mon premier concert
A quatre ans j’ai entendu ma maitresse me crier dessus
À cinq ans j’ai entendu les reproches que l’on me faisait par rapport à ma sucette
À six ans j’ai entendu le dessin anime
À sept ans j’ai entendu les blagues de mes frères
À huit ans Jai entendu mon père me criait dessus
A neuf ans j’ai entendu les musiques que me faisait écouter ma sœur
À dix ans j’ai entendu la chambre de mon frère vide
À onze ans j’ai entendu les pleurs de ma mère
À douze ans j’ai entendu le docteur annoncer une mauvaise nouvelle
À treize ans j’ai entendu le bruit de l’hôpital
À quatorze ans j’ai entendu le retour de mon frère
À quinze ans je ne veux entendre que du bonheur
R.Z.

Consigne : Imaginer une situation où on pourrait laisser une lettre à une personne pour obtenir quelque chose.

Monsieur le contrôleur, c’est vraiment dommage, on aurait pu être de bons amis. Mais il a fallut que vous me donniez cette machine qui allait me mener tout droit à ma ruine. Vous savez qu’il y a plus grave dans la vie, en plus je ne suis pas une personne qui a beaucoup d’argents. Donc me mettre cette amende c’est comme si vous vouliez prendre des sous à un mendiant. En plus de ça, je pourrais aussi être une personne malhonnête, je pourrais vous donner un faux nom ou une fausse adresse. Donc vous mettriez cette amende à une personne complètement innocente, qui n’a rien demandé. Donc ne faites vraiment confiance en personne. De plus, j’aurais pu vous offrir des petits cadeaux avec cet argent, si nous étions amis bien sur. Mais vue que vous voulez me mener droit à la mort, on ne pourra jamais être amis, vous ne pourrez donc pas profiter de mes cadeaux et je vous le promets que vous aurez même le regret de ne pas pouvoir adresser la parole à une personne comme moi. Soyez raisonnable monsieur, vous n’allez pas gâcher une si belle amitié pour un simple bout de papier, même s’il est vrai que se bout de papier peut nous mener droit à une belle vie. Mais que vaux une belle vie sans une belle amitié ? Dite le moi monsieur. D’ailleurs, vous appeler « monsieur » me met quelque peu mal à l’aise, et je pense que pour vous aussi. Mais si nous étions amis je vous aurez appelé par un petit surnom mais bien sûr nous ne sommes pas amis. Donc c’est à vous de voir, à vous de prendre une décision : commencer une belle amitié avec moi où me mettre cette amende et gâcher toute chance d’avoir une belle vie avec une amie fidèle, qui vous donne des conseils dans votre vie. Je vous laisse réfléchir.
M.R.

Enigme.

« Le premier ressemblait au second, mais le second pas du tout
Il s’appelaient Marc et Frédéric, à Marc on disait : salut Frédéric ; et à Frédéric : salut Frédéric. »

Le premier ressemblait au second, mais le second pas du tout car il s’agissait de son demi-frère, le premier est en réalité le fils de l’amant de sa mère et de cette dernière.
Pendant que son mari était en voyage d’affaires et surtout avec sa maîtresse, sa femme qui savait que son mari l’avait trompée alors qu’elle venait d’accoucher, décida à son tour de le tromper avec un autre homme.
Cependant elle tomba enceinte de son amant, elle été de plus en plus perdue, car son mari rentrait dans deux semaines et elle n’avait aucune excuse.
Elle voulait toutefois quitter son conjoint mais ne voulait pas qu’il sache qu’elle aussi l’avait trompé à son tour.
Mais elle eut une idée brillante, faire passer son second enfant pour le frère jumeau de son premier fils en faisant croire que l’enfant qu’elle portait était son jumeau mais que à cause « d’un cas rare » l’enfant naîtrait un an plus tard.
Son mari, ne se doutant de rien, la crut et regarda son fils, qu’il avait eu avec sa femme, et le ventre de sa femme où se trouvait cet enfant que sa femme avait eu avec un autre homme, sans se douter que ces enfants n’avaient que leur mère en commun.
Il se demandait sûrement comment il allait dire à sa femme qu’il avait mis enceinte une autre femme.
L.T.

 
Lycée Saint-Exupéry – 529 Chemin de la Madrague Ville - 13326 MARSEILLE Cedex 15 – Responsable de publication : Mr Cyril Le Normand
Dernière mise à jour : mercredi 16 janvier 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille