Saint-Exupéry
Lycée
MARSEILLE Cedex 15
 

Klaus Barbie : ennemi d’une génération

jeudi 29 mai 2008

 

Klaus Barbie est un officier S.S. Il arrive à Lyon en 1942 pour y diriger la Gestapo. Il organise ainsi la chasse aux juifs et aux résistants qu’il torture. Il est responsable de la mort de Jean Moulin et de la déportation de 44 enfants juifs réfugiés dans une maison à Izieu située à 80 km de Lyon.

 Nous avons donc assisté à la diffusion de 45 minutes d’extraits de son procès qui s’est tenu à Lyon en 1987. Des victimes de la barbarie nazie y ont témoigné afin de décrire les horreurs qu’elles ont vécues. Ce qui suit n’est que le fruit de réflexions personnelles visant à retranscrire les sentiments que nous avons éprouvés devant ces récits. Nous avons surtout retenu les témoignages de Mme Sabine Zlatin résistante, et de Mme Simone Lagrange qui avait 13 ans lorsqu’elle fut déportée au camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz.

 Le procès de Klaus Barbie reste aujourd’hui encore un témoignage, une preuve de la barbarie et de l’intolérance des Nazis.

 Nous apprenons , au fil de témoignages bouleversants, comment des vies entières ont été changées à jamais. Les victimes présentes lors du procès gardent encore les séquelles morales, psychologiques voire physiques des tortures que Barbie lui-même leur a infligées. C’est pourquoi , elles lui ont donné le surnom terrible de " boucher de Lyon " .

 Nous avons ainsi visionné des extraits du procès qui nous ont parfois fait frissonner et presque toujours émus . Certains de ces témoignages sont emplis de rancoeur, de haine et d’incompréhension face à des situations dont , souvent, la cruauté était le maitre mot.

 Ce qui nous a le plus ému est le témoignage de Madame Simone Lagrange, dont les paroles résonnent encore dans nos têtes. A la fin de la guerre, l’armée Rouge approche du camp de Auschwitz où elle est détenue. Alors qu’elle s’apprête à être déportée dans un autre camp , elle reconnait au loin son père et lui fait signe de la main. Un allemand qui assiste à la scène lui demande s’il s’agit de son père : l’adolescente répond sans se méfier : " oui ". Alors, le nazi propose à l’homme de s’avancer afin qu’il puisse - pense-t-elle -embrasser sa fille . Mais avant même qu’il ne puisse la serrer dans ses bras, l’allemand le fait mettre à genou et lui tire une balle dans le crâne et cela sous les yeux de la jeune Simone.

 Un autre témoignage tout aussi poignant ne nous a pas laissés indifférents : c’est celui d’un homme racontant l’histoire d’une femme victime du sadisme et de la perversité du
" boucher de Lyon " . Il nous raconte comment , alors qu’il patientait avant d’être interrogé, il a vu cette femme se faire torturer par Barbie après que celui-ci ait jeté avec violence au sol son bébé. Il l’ a fit mettre à nu et la força à avoir des relations sexuelles avec un chien. Nous sommes tombés des nues en entendant de tels propos  : nous ne pouvions imaginer que de tels actes puissent avoir lieu. Nous n’arrivions pas à imaginer qu’un être humain puisse faire preuve d’une telle inhumanité.

 Enfin , nous terminerons par le témoignage douloureux de Madame Sabine Zlatin. Cette femme était responsable de la maison d’Izieu où 44 enfants juifs avaient trouvé refuge . Mais, le 6 avril 1944, la Gestapo vint les arrêter avec leurs sept éducateurs : ils furent déportés à Auschwitz où ils furent gazés dès leur arrivée. Cette femme, malgré son âge, se tient fièrement devant les juges et de toutes ses forces et de manière très poignante, cherche à comprendre pourquoi ces enfants ont été exterminés : étaient-ils des résistants ? Des saboteurs ? Elle exige une réponse qui ne viendra pas puisque l’accusé Barbie refuse de comparaitre.

 Le procès a donc permis de juger un homme dont les actes ont servi une idéologie macabre et destructrice . Il a aussi permis aux victimes de raconter leurs douleurs, d’être entendues par ceux qui n’ont pas vécu cette guerre et de laisser une trace de leur proches disparus.

N’oublions pas que l’Histoire se répète sans cesse, elle se déplace simplement dans le temps et vit à travers de nouveaux protagonistes. 

Mickaël Crolet - Grégory Samson - Elhad Hassana

 
Lycée Saint-Exupéry – 529 Chemin de la Madrague Ville - 13326 MARSEILLE Cedex 15 – Responsable de publication : Laurent SABATIER
Dernière mise à jour : vendredi 10 juillet 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille